parAnne Pélouas

Kayak dans le désert de glace…
du Lac Taureau

Deux ans: c’est le temps qu’il m’a fallu pour enfin réussir cette «expédition» insolite au Lac Taureau: partir en kayak de mer dans le «désert» auquel il ressemble en cette fin de mois d’avril…

Les espions du lac Taureau

Le printemps suivant, je ratais le coche, mais pas question de désarmer! L’hiver d’après, je mettais en place mon plan d’attaque, avec deux «espions» sur place pour me prévenir de l’état du «lac»: le coordonnateur du parc régional du lac Taureau, Francis Lacelle, et Patrick Aubert, fondateur d’Amisk Aventure qui a construit et gère de superbes refuges en bordure du lac


Ma job consistait à garder au moins 15 jours libres à l’agenda fin avril pour pouvoir décoller de la ville au pied levé, avec kayaks, quand mes agents secrets lanceraient le go! Le printemps dernier, les planètes se sont alignées et me voilà donc un beau matin avec une amie et Francis sur le site de l’auberge Canadaventure, pour la mise à l’eau des kayaks et d’un canot dans la Baie du Poste.


parcsregionaux.org

Mise à l’eau

Dès le départ, on est subjugué par l’omniprésence du sable fin et par la minceur des filets d’eau… Nous explorons d’abord le nord de la baie, encore passablement encombrée de plaques de glace. Certaines très épaisses doivent être contournées; d’autres forment de longues chandelles translucides qui s’émiettent à notre passage, faisant un son particulier, entre cristal et galet roulant sur une plage. Les canards becs-scie et les huards sont déjà là. «Mon» camping de l’île Jaune est méconnaissable. La longue et étroite bande de sable est devenue une immense et haute dune!


Nous progressons dans la «rivière» entre des murailles de sable, surmontées de hauts plateaux. Un vrai désert! Nous nous faufilons parfois jusqu’à l’embouchure de ruisseaux, là encore comme au fond de canyons sinueux. Sur ce fond de lac asséché trônent des troncs d’arbres, des coquillages, des branches abandonnées par des castors, des vestiges de la drave. Nous piqueniquons sur une plage près de la rivière où je ramassais des bleuets deux étés auparavant.


De retour à Canadaventure, Francis nous quitte, tandis que Patrick embarque notre stock pour la nuit sur son quatre-roues. Direction: le joli refuge qu’il a installé près de la plage du Poste. Une chance, car nous n’en avons pas fini avec les aventures!


Barrage de glace

L’après-midi est doux et le soleil au rendez-vous. Nous filons vers le sud de la baie via une belle veine d’eau, encadrée de dunes. Ce ne sont plus des caps de roche que nous doublons, mais des caps de sable, à des dizaines de mètres en avant des rives «estivales». Sur les côtés, les rivières ont creusé de profonds sillons dans le sable qui, à sec, forment de vrais canyons


La navigation se corse! À une zone d’eau ouverte succède un amas de glaces qu’on parvient à contourner et parfois non… Il faut reculer par crainte d’être prises en sandwich si la glace se refermait derrière nous. On passe ailleurs; les kayaks grimpent carrément sur la glace, la brisent puis se faufilent jusqu’à une nouvelle veine d’eau libre.


En vue de la plage du Poste, mais à bonne distance encore, c’est un barrage complet de glace qui nous stoppera. Il faut mettre pied à terre, tirer les kayaks sur le sable jusqu’à l’orée du bois, puis les tirer encore durant plusieurs centaines de mètres jusqu’à la plage du Poste. Ainsi va la vie de l’amateur de plein air! Demain sera un autre jour pour, on l’espère, remettre les kayaks à l’eau!


Amisk Aventure

Le Castor, L’Écureuil et La Loutre sont trois superbes refuges écologiques construits en forêt, mais près de l’eau sur le territoire du parc régional du lac Taureau. Inaccessibles en voiture, ils le sont à pied ou en vélo (par la forêt), en kayak ou en canot par le lac. Trois nouveaux devraient voir le jour prochainement.

amiskaventure.ca